Abdulwahab Hussain
Arrêté au Bahreïn

Abdulwahab Hussain est un philosophe et critique social ayant une longue histoire d’activisme au Bahreïn. Né à Nuwaidrat, Hussain a obtenu un baccalauréat en philosophie et sociologie de l’Université du Koweït en 1977. Il a travaillé à la fois comme enseignant et comme assistant social jusqu’à ce qu’il soit renvoyé de ses fonctions en raison de ses activités politiques.

Au cours de la vague de manifestations dans les années 1990, Hussain a été arrêté à deux reprises. La première a eu lieu en 1995, date à laquelle il a été détenu pendant environ six mois en détention administrative sans aucune accusation formelle. Sa deuxième arrestation a eu lieu en janvier 1996 et il a été emprisonné pendant cinq ans et placé à l’isolement. Au début de l’année 2000, Hussain a été contraint de signer une lettre d’excuses à l’émir en échange d’un pardon. Il a refusé et est resté en prison quelques mois de plus jusqu’à ce que la Haute Cour d’appel ordonne enfin sa libération. Une fois chez lui, il a été de nouveau arrêté par les forces de sécurité. Hussain est resté en détention administrative jusqu’au nouvel émir et bientôt roi, Hamad bin Isa al-Khalifa, a gracié plusieurs dirigeants de l’opposition dans le cadre d’un programme de réformes mis en place au début de 2001.

Quelques mois seulement après sa libération, Hussain a cofondé al-Wefaq – dissout par le gouvernement plus tard en 2016 – , le groupe d’opposition le plus en vue du Bahreïn. Cependant, des désaccords sont apparus en 2003 lorsque Hussain a appelé l’opposition à boycotter un nouveau tour des élections législatives. En fin de compte, al-Wefaq a décidé de participer et Hussain a quitté le groupe.

Bien que Hussain ait travaillé avec de nombreux mouvements de réforme et de protestation au Bahreïn, il est aujourd’hui plus associé à al-Wafa ’, un autre groupe de l’opposition qu’il a cofondé en février 2009.

Hussain s’est associé à de nombreux défenseurs des droits humains pour organiser le mouvement de protestation de 2011 contre le gouvernement du Bahreïn.

Hussain a ensuite été arrêté le 17 mars 2011. Lui et sa fille ont tous deux été battus lors de son arrestation et Hussain a été soumis à la torture et à des mauvais traitements pendant son incarcération. Il a passé une partie de sa peine en isolement cellulaire et reste en prison aujourd’hui. Hussain s’est toujours vu refuser l’accès à des soins médicaux en prison, alors qu’il souffrait d’un trouble neurologique chronique. En novembre 2013, il a donc eu des complications et son état de santé ne cesse de se dégrader. Il souffre également de «lacération de la rétine, dégradation de la vue et faible taux d’hémoglobine dans le sang», à l’origine de nombreuses infections, qui ne sont pas traitées non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *