Sheikh Abdulhadi AlMakhdour
Arrêté au Bahreïn

Sheikh Abdulhadi AlMakhdour, un membre du groupe “Bahrain 13”, est un clerc Chiite et un membre de l’opposition politique au Bahreïn. Il fut arrêté en 2011 pour son engagement politique, durant son incarcération, les autorités ont refusé à sa famille tous renseignements sur les raisons de son incarcération, le déroulement du procès, les actes de tortures commis à son encontre ou toute autre information pertinente à son cas ou celui d’autres détenus. Il a aussi été interdit du moindre suivi médical et sa famille fût interdites de lui procurer des informations sur le monde extérieur. Ses droits de prisonniers n’ont donc pas été respectés.

Sheikh AlMakhdour fut arrêté le 17 mars 2011 à Manama après sa participation à une manifestation pro-démocratie. Pendant sa détention, il fut maintenu en isolation totale, mais aussi torturé et maltraité par les autorités bahreïniennes; les officiers pénitentiaires l’ont empêché de prier et de se laver durant dix jours consécutifs, Il se vit refuser accès à sa famille et un avocat. Il fût condamné à 15 ans de prison par un tribunal militaire pour des chefs d’inculpations incluant “fomenter un complot visant à renverser le gouvernement” aux côtés des autres membres du groupe “Bahrain 13”.

Il est aujourd’hui détenu à la prison Al Grain, où il a été soumis à la torture notamment; se maintenir debout pour une période prolongée, être sévèrement battu, et subir des tortures liés à l’eau. La pratique de sa religion lui fut aussi interdit. Depuis son dernier appel – rejeté en Janvier 2013 – la prison a aussi empêcher Sheikh AlMakhdour de voir son neveu, aussi détenu à Al Grain. Il fit une grève de la faim en 2013 afin de protester contre l’interdiction de visites et le traitement dégradant dont il fut sujet durant son incarcération. Sa grève de la faim a coïncidé avec celle entreprise par Abdulhadi AlKhawaja et le Docteur Singace, deux autres membres du groupe des “Bahrain 13”.

Sheikh AlMakhdour purge sa peine de 15 ans de prison puisque son dernier appel a été rejeté par les cours bahreïniennes en janvier 2013. Suite à la torture subie durant son incarcération et son handicap, il a besoin d’une attention médicale particulière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *