Jasmin Ahmed Dharab
Arrêté au Bahreïn

Jasim Ahmed Dharab est un étudiant de 21 ans de l’Université de Bahreïn. Il a été arrêté et torturé par les autorités et soumis à un procès inique. Jasim était l’un des 14 individus jugés dans l’affaire de la « Coalition du 14 février », faisant référence à un groupe en ligne largement informel que le gouvernement a désigné comme une organisation terroriste. Il est actuellement détenu à New Dry Dock, la section de la prison de Jau réservée aux personnes âgées de moins de 21 ans.

Jasim avait été arrêté le 25 janvier 2015 pour rassemblement illégal et émeutes. Il avait été acquitté pour le rassemblement illégal, mais condamné à 4 mois de prison pour émeutes. Après sa libération, il a été condamné par contumace en 2017 pour une autre accusation d’émeute.

Le 26 février 2018, des policiers anti-émeutes et d’autres agents en civil ont arrêté Jasim chez un parent d’un ami, ainsi que deux autres personnes. Les agents n’avaient aucun mandat et n’ont pas motivé l’arrestation. D’après certaines informations, des véhicules de la National Security Agency (NSA) étaient également présents sur les lieux.

Les agents ont emmené Jasim à la Direction des enquêtes criminelles (CID), où ils l’ont disparu pendant près de 10 jours et l’ont interrogé pendant 2 semaines, au cours desquelles ils l’ont torturé et soumis à des mauvais traitements. Il a ensuite été emmené au Bureau du Procureur général (OPP) le 6 mars 2018 et inculpé de nouveaux crimes, après quoi il a été transféré au Dry Dock Detention Center.

Jasim a été accusé dans l’affaire de la « Coalition du 14 février », entre autres, d’avoir rejoint un groupe ou une organisation dont le but est de perturber la loi ou de violer les droits et libertés, de fabriquer des contenants explosifs, de se réunir illégalement pour commettre des crimes et de violer la sécurité. De plus, Jasim a par la suite été accusé d’avoir hébergé un fugitif, d’incendie criminel et d’avoir fait exploser une voiture, ainsi que de deux autres chefs d’accusation de rassemblement illégal.

Pour certaines affaires, Jasim n’était pas représenté par un avocat, mais même lorsqu’il en avait un, il n’y avait pas accès, n’avait pas suffisamment de temps pour se préparer au procès et ne pouvait pas présenter de preuves pour sa propre défense ou contester celles présentées contre lui. De plus, cet avocat n’a pas assisté aux interrogatoires et Jasim n’a pas été traduit rapidement devant un juge. Jasim a même été empêché d’assister à la plupart des audiences, bien que le dossier indique faussement que Jasim a « refusé » d’assister aux séances.

Le 27 décembre 2018, Jasim a été condamné à 7 ans de prison et à la révocation de sa citoyenneté dans l’affaire de la « Coalition du 14 février ». Cependant, il faisait partie des 551 personnes dont la citoyenneté a été rétablie le 20 avril 2019. Le 30 décembre 2018, il a été condamné à 3 ans supplémentaires pour avoir hébergé un fugitif. Au total, Jasim a été condamné à plus de 20 ans de prison, dont 17 ans en appel. Sa peine dans l’affaire de la « Coalition du 14 février » a été confirmée le 12 mai 2019.

Jasim est actuellement détenu à l’isolement, où il se trouve depuis 6 mois. Il indique qu’il n’est autorisé à utiliser les toilettes qu’une fois par jour à une heure précise et qu’il est détenu dans une pièce non climatisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *