Isa Ebrahim Hasan
Arrêté au Bahreïn

Isa Ebrahim Hasan est un citoyen bahreïnien de 28 ans. Depuis son arrestation et sa détention arbitraires en 2015, les autorités bahreïniennes l’ont soumis à la torture et à une disparition forcée et l’ont condamné dans le cadre d’un procès inique. Isa est actuellement incarcéré à la prison de Jau.

Le 3 novembre 2015, des hommes masqués liés au Special Security Force Command (SSFC) ont encerclé le lieu de travail d’Isa et l’ont arrêté. Les officiers de la SSFC n’ont pas motivé son arrestation et n’ont pas fourni de mandat d’arrêt. Une fois dans la voiture, les agents ont commencé à le torturer et l’ont ensuite emmené à la Direction des enquêtes criminelles (CID). Les autorités bahreïniennes ont fait disparaître Isa pendant 28 jours.

Pendant sa disparition, des agents de la National Security Agency (NSA) ont torturé Isa en le privant de sommeil, en le soumettant à des électrochocs, en le forçant à rester debout pendant de longues périodes, en le déshabillant, en lui versant de l’eau froide avant de le placer dans une chambre froide et en le maintenant menotté et les yeux bandés pendant 24 heures pour lui extorquer des aveux dans trois cas distincts, qu’il a finalement signés.

De plus, Isa affirme avoir subi des mauvais traitements de la part des agents de la NSA en raison de sa religion et de ses origines. À la suite de ces tortures, Isa a développé des douleurs dorsales et corporelles importantes, mais les autorités ne lui ont fourni aucun traitement.  Des plaintes ont été déposées auprès du Médiateur du ministère de l’Intérieur et de l’Institut national des droits de l’homme (NIHR) concernant l’état d’Isa, mais les deux demandes ont été ignorées. Le 1er décembre 2015, Isa a été transféré au Dry Dock Detention Center.

Isa a été accusé d’avoir formé un groupe accusé de posséder des armes, d’avoir rejoint un groupe terroriste appelé « Brigades Zulfiqar » et d’avoir formé un groupe terroriste appelé « Bahraini Hezbollah ». Avant son procès, les autorités ont refusé à Isa l’accès à son avocat pour préparer sa défense. Entre avril 2017 et avril 2019, la quatrième Haute Cour pénale a condamné Isa dans trois affaires distinctes. Le 25 avril 2017, Isa a été condamné à 5 ans de prison pour avoir formé un groupe accusé de possession d’armes et a été transféré à la prison de Jau.  Le 15 mai 2018, Isa a été accusé d’avoir rejoint les « Brigades Zulfiqar » et condamné à 8 ans d’emprisonnement supplémentaires et à la révocation de sa citoyenneté bahreïnienne – qui a été rétablie par arrêté royal le 20 avril 2019, avec 550 autres personnes. Le 16 avril 2019, Isa a été condamné à une nouvelle peine de 7 ans d’emprisonnement pour avoir formé un groupe terroriste appelé « Hezbollah de Bahreïn ».  Isa a fait appel de ces deux dernières accusations, qui ont été confirmées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *