Qasim Ahmed AlMalki
Arrêté au Bahreïn

Qasim Ahmed AlMalki était un étudiant de 23 ans au moment de son arrestation en mars 2017. Depuis, les autorités bahreïniennes l’ont soumis à la torture et lui ont refusé accès à un avocat. Il est actuellement détenu à la prison de Jau.

Le 13 mars 2017, des agents masqués sont entrés de force dans le domicile de Qasim pendant son absence. Les agents n’ont pas présenté de mandat et n’ont pas mentionné la raison de la perquisition. Une fois qu’ils ont réalisé l’absence de Qasim, ils ont interrogé le propriétaire sur l’endroit où se trouvait Qasim. Lorsqu’ils ont réalisé que le propriétaire ne divulguerait pas l’emplacement de Qasim, ils ont fait une descente au domicile d’un membre de la famille ce matin-là ; ils ont trouvé et arrêté Qasim sans mandat ni explication.

Plus tard dans la journée, les autorités l’ont emmené au Bureau du Procureur général (OPP) pour lui faire passer un interrogatoire. Qasim allègue que les agents l’ont torturé et ont dénigré sa religion afin d’obtenir des informations. Les officiers menaçaient constamment que si Qasim n’avouait pas ses crimes, sa torture deviendrait insupportable. En conséquence, Qasim a avoué s’être joint à une cellule terroriste, avoir assisté à un séminaire religieux en Iran et avoir contribué à la création du « Hezbollah bahreïnien », et les officiers l’ont forcé à signer des aveux écrits qui ont ensuite été utilisés contre lui au procès. Au cours de ces interrogatoires, les officiers n’ont pas permis à Qasim de rencontrer ou de parler avec un avocat. Il n’eut accès à un avocat que lors de l’audience au tribunal, mais pour un temps limité.

Après 2 mois, les autorités ont transféré Qasim au Dry Dock Detention Center, où il est resté plus d’un an. Le 18 avril 2018, le tribunal a admis ses aveux forcés comme preuves et a condamné Qasim à 17 ans de prison. Il est actuellement incarcéré à la prison de Jau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *