Isa Jaafar AlAbd
Arrêté au Bahreïn

Isa Jaafar AlAbd est un Bahrainien âgés de 24 ans et un ancien employé de la compagnie K & K Food. Il a été arrêté à de multiples repries par les forces de sécurité Bahrainiennes, torturé et se vit refusé accès à des soins médicaux pendant ses détentions par la police. Isa souffre d’une maladie cardiaque depuis sa naissance et a subi plusieurs opérations chirurgicales, de suite, son état de santé s’est profondément détérioré durant ses détentions. Il est pour le moment en attente de son procès au Dry Dock Detention Center.

Isa fut arrêté pour la première fois le trois septembre 2016 au cours d’une manifestation. Il fut accusé d’assemblé illégale et condamné à un an de prison mais fut libéré après avoir servi six mois. Peu après sa libération, il fut arrêté à nouveau le 14 décembre 2018 à l’aéroport international du Bahrain autour de midi, il s’apprêtait à partir à l’étranger avant de passer sa prochaine opération chirurgicale liée à sa condition cardiaque. Les agents de sécurité ne procurèrent de mandat d’arrêt, Isa ne savait donc pas pourquoi il était arrêté.

A l’aéroport, des employés de l’aéroport lui déclarèrent qu’il manquait des documents au passeport d’Isa et lui demandèrent de compléter des démarches administratives dans un bureau de l’aéroport. Dans ce bureau, des agents sans uniformes arrêtèrent Isa et le conduisirent dans un véhicule non officiel au CID. Il fut détenu dans le secret jusqu’à trois heures du matin, lorsque les agents lui permirent de faire un appel téléphonique. Il fut interdit de contact extérieur pour une semaine après cet appel.

Au CID, les agents des forces de sécurité le bâillonnèrent et lui bandèrent les yeux, ils procédèrent à l’insulter et à le menacer durant son interrogation ainsi qu’à se moquer de sa condition cardiaque – de minuit jusque trois heures du matin – afin de le forcer à signer une confession. Les agents le battirent ensuite et le menacèrent de le torturer par pendaison et d’utiliser des choques électriques contre lui, les agents le torturèrent jusqu’à ce que sa condition médicale le pousse proche de la mort forçant ainsi ses bourreaux à s’arrêter. Bien qu’Isa nia les chefs d’inculpation dirigés contre lui, face aux séances prolongés de torture et les différentes menaces proférés à son encontre, il signa la confession présenté par les agents de police. Il est impossible de savoir avec certitude si cette confession sera utilisée durant son procès mais Isa fut interdit d’avoir un avocat présent durant les séances d’interrogations.

Malgré la prise de connaissance par les agents de police de la condition médicale d’Isa, il ne fut admis devant un médecin de la prison qu’après la détérioration de son état de santé le 16 juillet 2019. Sa plus récente opération avant son arrestation avait eut lieu le 30 juillet 2018 cependant l’opération avait échoué et sa condition était revenu. Son arrestation lui fit manquer le suivi qu’il devait compléter et sa santé est aujourd’hui surveillée par le Salmaniya Medical Complex.

Sur les dix mois de sa détention, Isa a été accusé de chefs d’inculpation découlant de l’aide à et à la publication de pamphlets politiques, de délivrer de l’argent à des locations ou des assemblées illégales avait lieu, de participation à des assemblées illégales et d’autre chefs d’inculpation inconnus à ce jour. Le bureau du procureur (the office of public prosecution –PPO) ne cesse de renouveler sa période de détention de quinze ou trente jours. De plus, les agissements dont Isa est accusé d’avoir participé, se sont déroulés au début de l’année 2017, bien qu’Isa ait subi deux cathétérismes cardiaques et une opération chirurgicale à cœur ouvert cette année là qui l’avaient grandement incapacité. Ces preuves furent ignorés par le procureur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *