Mohamed Ahmed Isa
Arrêté au Bahreïn

Mohamed Ahmed Isa est un citoyen Bahraïnien âgé de 25 ans et fut, entre 2016 et 2018, arrêté et torturé par les forces de sécurité du royaume, sujet à un procès inique et condamné sous la base de chefs d’inculpation motivés par des considérations politique. Il est aujourd’hui détenu dans la prison de Jau.

Le 13 mai 2016, des agents de police en uniforme et en civil arrêtèrent Mohamed sans procurer ni de mandat d’arrêt ni de perquisition lors d’une descente de police en son domicile. Les autorités « disparurent » Mohamed pour six jours, durant ceux-ci il fut transféré entre le Criminal Investigations Directorate (CID), la prison de Jau et le commissariat d’al-Hadd avant d’être admis au Dry Dock Detention Center.

Mohamed fut interrogé par des agents s’identifiant comme des membres de la National Security Agency (NSA) au CID. Durant cette interrogation, il fut torturé afin de lui forcer une confession et d’obtenir des informations sur l’activité de certains comptes sur réseaux sociaux. Mohamed fut torturé par nudité forcée, coups et menaces. Il fut également retenu dans sa cellule alors qu’il y faisait une température glaciale jusqu’à ce qu’il perde connaissance, les agents lui renversèrent alors de l’eau glaciale sur le corps. En conséquence, Mohamed eu une crise de convulsion lié à sa condition d’anémie à hématies falciformes et fut transféré à l’hôpital du ministère de l’intérieur : l’hôpital AlQalaa. De par la sévérité de sa condition médicale, il fut par après transféré au Salmanyia Medical Complex. La confession obtenue sous la torture de Mohamed fut utilisée lors de son procès avec des confessions, obtenues de manière identique de par ses codéfendeurs.

Le procureur inculpa Mohamed dans deux affaires judiciaires différentes : la première relevait d’un événement près de la base militaire de Sitra pour laquelle il fut accusé d’avoir participé à une assemblée illégale et à une émeute, d’incendie volontaire, la pose d’engin explosifs, la possession de produits inflammable et d’avoir enregistré l’incident par vidéo et disséminé celle-ci sur internet. La deuxième relevait d’un incident près de la Sitra Industrial Zone pour laquelle Mohamed fut accusé d’avoir participé à une assemblée illégale et à une émeute, d’avoir brûlé des pneus, la possession de produits inflammable ainsi que d’avoir enregistré l’incident sur vidéo et de l’avoir partager sur internet. Le cinq janvier 2017 Mohamed fut condamné à cinq ans de prison pour la première affaires et le 27 février, à cinq ans de plus pour la seconde. Le 27 septembre 2018, les deux condamnations furent maintenues après appel, un nouvel appel devant de la Court de Cassation, n’a pas encore été prévu.

Les autorités Bahraïniennes ont également empêché Mohamed de préparer sa défense pour son procès ou de consulter son avocat. La première fois que Mohamed sollicita un entretien avec son avocat, les agents de sécurité le torturèrent, il n’a donc pas réitéré sa requête. Les autorités ne l’ont également pas présenté devant un juge pour lui faire part des chefs d’inculpations dont il était accusé et donc de lui permettre une préparation adéquate son procès avec son avocat. De plus, de par la négligence voulue des gardiens et sa condition médicale ; la santé de Mohamed reste précaire : il nécessite des visites médicales, des soins de santés et des médicaments, des vêtements chauds et de l’eau chaude pour se laver ainsi que de manger régulièrement des plats spécifiques à sa condition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *