Sayed Mohamed Alawi
Arrêté au Bahreïn

Sayed Mohamed Alawi est un enfant de 14 ans détenu arbitrairement dans le Bahrain’s Juvenile Detention Center. Les autorités Bahraïnienne l’ont fait « disparaître » pour plusieurs heures et il fut sujet à un procès inique, le condamnant à un an de prison pour avoir participé à une manifestation non-violente.

Le 12 novembre 2018, la police Bahraïnienne contacta le père de Sayed Mohamed et sans fournir d’explication, exigèrent qu’il amène son fils de 14 ans au Office of Public Prosecution (OPP) le lendemain. Sayed Mohamed se présenta donc avec son père auprès de l’OPP à Manama, où des membre du ministère de l’intérieur (MOI) arrêtèrent Sayed Mohamed et informèrent son père qu’il serait transféré au Juvenile Care Center a Isa Town. Le jour suivant, Sayed Mohamed fut inculpé d’avoir participé à une assemblée illégale, à une émeute et la possession de cocktail Molotov.

La police transféra Sayed Mohamed de l’OPP au commissariat d’Al-Maarid et l’interrogèrent pour deux heures sans la présence de son avocat. Pris par la peur, Sayed Mohamed confessa d’avoir participé à une assemblée illégale mais nia les autres chefs d’inculpation. Les agents le transférèrent alors au Juvenile Care Center à Isa Town, où il fut maintenu au secret pour trois jours. Les forces de sécurité permirent Sayed Mohamed d’appeler sa famille après ces trois jours mais ne laissèrent celle-ci le visiter qu’une semaine après son arrestation.

La police déteint Sayed Mohamed pour plus d’un mois, émettant une prolongation de sa détention provisoire chaque semaine. Le gouvernement le condamna en trois audiences au tribunal mais ni son avocat ni sa famille ne furent présent pour la troisième et final audience. De plus, Sayed Mohamed ne put s’entretenir avec son avocat hors du tribunal.

Le 6 janvier 2019, le tribunal condamna Sayed Mohamed, sous le chef d’inculpation d’assemblée illégale, à six mois de prison dans le Juvenile Care Center à Isa Town avec la possibilité d’une extension de six mois, dépendant de son obtention d’un certificat de bonne conduite. Après cette condamnation, les parents de Sayed Mohamed demandèrent à un officier de police comment faire appel à cette décision du tribunal, l’officier leur en dissuada, qualifiant un appel d’ « inutile ». Sayed Mohamed reste aujourd’hui incarcéré au Juvenile Care Center.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *