Fahdel Hasan Abdulnabi
Arrêté au Bahreïn

Le 23 Juin 2018 au Bahrein, les droits de Fahdel Hasan Abdulnabi ont été bafoués lorsque ce dernier a été arrêté sans mandat, torturé puis victime d’un jugement inéquitable. Au moment de l’arrestation, les trois frères de Fahdel avaient déjà été condamnés et emprisonnés, et sa maison avait été inspectée par les autorités Bahreiniennes à plusieures reprises. A ce jour, Fahdel Hasan Abdulnabi est toujours emprisonné à la prison de Jau, où il sert sa peine de 3 ans d’emprisonnement.

 

Des forces anti-émeutes, des officiers en tenue civile et le Commandement des Forces Spéciales de Sécurité (SSFC) ont arrêté Fahdel après avoir violemment heurté sa voiture arrêté à un feu rouge dans la ville de Sitra.

Les parents de Fahdel n’ont appris l’arrestation de leur fils qu’après en avoir été informés par un ami. Fahdel a été autorisé à appeler ses parents durant un très cours instant, 3 heures après son arrestation. Il fut par la suite victime d’une disparition forcée d’une durée de 20 jours, période durant laquelle il fut transféré à de multiples reprises du centre interrogatoire n°15 de la prison de Jau à la Direction des Enquêtes Criminelles (CID). L’accès à un avocat lui a été refusé durant toute la période de son interrogatoire. Ses appels, autorisés tous les 3 jours, ont été constamment coupés après quelques secondes.

Dès son arrestation, Fahdel a été victime de différents actes de torture. Il a reçu des coups et des décharges électriques à de multiples reprises, et a été pendu par les mains dans des pièces extrêmement froides. Tous ces abus se sont déroulés dans le bâtiment 15 du Centre des Enquêtes Criminelles de la prison de Jau et ont eu de nombreuses conséquences pour la santé de Fahdel. Ce dernier souffre notamment de contusions au niveau du pelvis, pour lesquelles il n’a reçu aucun soin.

Fahdel a été accusé d’avoir caché des individus recherchés pour leur participation à des entreprises terroristes. Il a reconnu ces accusations sous la torture, et a été condamné à trois ans de prison le 11 Décembre 2019. Sa condamnation a par la suite été confirmée en appel le 24 Février 2020.

La famille de Fahdel Hasan Abdulnabi a pu le contacter un mois après son arrestation, lors de son transfert au Centre de Détention. Là-bas, il fut victime de discrimination en raison de son appartenance religieuse et de ses opinions politiques. En plus de ses frères, deux autres membres de sa famille sont aujourd’hui emprisonnés, l’un des deux ayant été condamnés à mort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *