Husain Ali Mohamed
Arrêté au Bahreïn

Husain est un lycéen. À l’âge de 11 ans, il a été arrêté pendant une semaine sans motif. À 13 ans, il a de nouveau été arrêté. Husain avait 17 ans lorsqu’il a récemment été arrêté à deux reprises et soumis à une détention arbitraire et à la torture. Pendant sa détention, il a raté ses études secondaires et il reste maintenant détenu dans la nouvelle prison “Dry Dock”.

Le 18 janvier 2019, la maison familiale de Husain à Bani Jamra a été perquisitionnée par des policiers en civil et des policiers de la police anti-émeute. Ils n’ont fourni aucune raison pour son arrestation ni aucun mandat. Husain a fait l’objet d’une disparition forcée pendant 12 jours, après quoi sa famille a reçu un appel de la Direction des enquêtes criminelles (CID) pour lui apporter des vêtements et du savon. Il a ensuite été libéré le 23 février 2019.

Husain a été arrêté pour la deuxième fois le 30 avril 2019: un message a été envoyé sur son téléphone lui ordonnant de se rendre au CID avec son tuteur légal. Lorsque Husain est allé au CID avec son père, les agents l’ont emmené à l’intérieur et ont demandé à son père de partir. Husain a été arrêté et détenu au CID pendant environ 20 jours. Les autorités n’ont donné aucune raison de convoquer Husain au CID et de l’arrêter.

Husain a été inculpé dans deux cas différents. La famille de Husain pense que la première accusation portée contre lui est un incendie criminel de pneus. Concernant le deuxième cas, sa famille savait qu’il était accusé d’avoir perturbé la circulation de la route. Ils savaient également qu’il devait payer une amende. Cependant, après avoir payé, les autorités ont déclaré que Husain avait également été inculpé de fabrication d’une fausse bombe, d’incendie criminel de pneus et d’agression contre des policiers.

Le 24 février 2019, pour le premier dossier, le parquet a pris la décision de libérer Husain et de conserver le dossier pour non-connaissance du contrevenant. Concernant le second, l’accusation de perturbation de la circulation de la route, Husain a été libéré sous caution à un montant de 200 dinars bahreïnis. Sa famille a payé l’amende, mais Husain n’a pas été libéré car il a également été jugé pour d’autres charges. Le 30 octobre 2019, le quatrième tribunal pénal supérieur a rendu un jugement condamnant Husain à deux ans de prison. Le 30 décembre 2019, la cour d’appel a confirmé le jugement.

Husain a été interrogé au CID depuis le jour de son arrestation pendant 20 jours. Sa famille estime que les enquêtes étaient dues à l’inculpation d’incendie criminel de pneus. Au cours des enquêtes, il a eu les yeux bandés, a subi des mauvais traitements et a été torturé. Il a été frappé sur le dos, giflé, forcé de ramper et soumis à des décharges électriques sur ses jambes afin d’obtenir des aveux. Husain n’a pas avoué. L’officier enquêtant avec lui lui a demandé de travailler avec eux en tant qu’informateur et il a accepté. Après 20 jours, Husain a été transféré au centre de détention de ‘Dry Dock”.

Concernant la deuxième arrestation, Husain a fait l’objet d’une enquête au CID pendant 20 jours à compter du 30 avril 2019, date de son arrestation. Au cours de l’enquête, il a été battu, soumis à des mauvais traitements, insulté et soumis à des décharges électriques au cou par le même officier qui l’a interrogé et torturé après sa première arrestation. Husain a avoué sous la torture. 20-21 jours après son arrestation, les 20-21 mai, Husain a été transféré au centre de détention de “Dry Dock” pendant six mois.

Son avocat n’a pas pu assister à ses enquêtes pendant cette période, à l’exception des audiences du tribunal concernant la deuxième arrestation. Husain n’a pas été traduit rapidement devant un juge. Son père a témoigné devant le tribunal, déclarant que Husain était chez lui à la date de l’incident dont il était accusé. Après la deuxième arrestation, Husain n’a pu contacter sa famille qu’un mois après l’arrestation. Les aveux obtenus sous la torture pour la deuxième arrestation ont été utilisés contre lui lors du procès. Sa famille a rapporté que Husain avait été insulté en raison de sa secte religieuse.

Husain avait des ecchymoses à la jambe et au dos, et plusieurs signes résultant de l’électrocution et de la torture. Il n’a reçu aucun traitement pour cela. Il reste à la prison de Dry Dock, pour les condamnés de moins de 21 ans, qui est sous l’administration de la prison de Jau.

Le traitement de Husain constitue une violation considérable des obligations internationales du Bahreïn en matière de droits de l’homme en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (CAT), conventions dont le Bahreïn est signataire. Husain est un mineur, toutes les arrestations étaient sans mandat, il a été victime de disparition forcée et torturé à l’âge de 17 ans. Pour les raisons susmentionnées, les arrestations, détentions arbitraires, interrogatoires et procès de Husain sont en violation des articles 7, 9, 10, 14 et 17 . Sa famille pense qu’il a été torturé en raison de la religion à laquelle il appartient, ce qui constitue une violation des articles 18, 19, 21 et 22 du PIDCP.

Husain est un lycéen, il a raté le lycée pendant les détentions arbitraires et n’a pas été traité avec dignité, soumis à des disparitions forcées et à des tortures, ce qui constitue une violation significative du CAT. En tant que mineur, le traitement de Husain est également une violation colossale de la Convention relative aux droits de l’enfant, convention à laquelle le Bahreïn est partie depuis 1989.

Americans for Democracy & Human Rights appelle le gouvernement du Bahreïn à ce que tout nouveau procès soit conduit conformément aux normes internationales pour un procès équitable et pour sa libération. En outre, ADHRB demande au gouvernement, sans plus tarder, d’enquêter sur les allégations de torture de Husain, en vue de tenir les auteurs responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *