Kameel Hasan était un lycéen de 16 ans lorsqu’il a été arrêté en décembre 2019. Les autorités bahreïnis ont ciblé Kameel en guise de représailles contre sa mère, la militante bahreïnie Najah Yusuf, qui est une ancienne prisonnière politique libérée en Août 2019. Kameel était visé depuis le 23 avril 2017 alors qu’il accompagnait sa mère au complexe de sécurité qui relève de la National Security Agency; il a été interrogé et sa mère a été menacée de l’arrestation de son fils et de sa mort. Après avoir été détenu arbitrairement, Kameel a été condamné et emprisonné à l’issue d’un procès inéquitable. Il se trouve actuellement dans la nouvelle prison Dry Dock, réservée aux détenus de moins de 21 ans.

Le 30 décembre 2019, le père de Kameel a reçu un appel téléphonique du poste de police de Nabih Saleh, qui a convoqué son fils. À la demande et sur décision de Kameel, le père de Kameel l’a conduit au poste de police le lendemain, le 31 décembre 2019. Avant qu’il ne soit remis à la police, la maison de Kameel avait fait l’objet de raids répétés et il avait été pourchassé à plusieurs reprises dans la rue. Kameel était recherché pour des raisons politiques; on considère qu’il a été pris pour cible en raison de l’activisme de sa mère. En effet, Najah Yusuf avait été arrêté en 2017 pour avoir critiqué l’accueil par le Bahreïn de la Formule 1 au milieu de l’aggravation des violations des droits de l’homme. Elle a été détenue arbitrairement – comme l’a déclaré le WGAD – et torturée. Elle a ensuite été libérée le 10 août 2019 en raison des pressions internationales. Le jour de sa libération, Kameel a été pourchassé dans la rue à la suite d’un piège qui lui avait été tendu par les autorités et il a été interrogé sur les activités de sa mère sur les réseaux sociaux lors de son interrogatoire.

Après l’arrestation, Kameel a été emmené à l’hôpital Al-Qalaa pour des examens de routine, puis à la Direction des enquêtes criminelles (CID). Après cela, il a été transféré à la Royal Academy of Policing, où il a été torturé. Il a ensuite été emmené au bâtiment 15 de la prison de Jau, où il est resté jusqu’au 2 janvier 2020. Pendant ce temps, sa mère a été informée qu’il était au CID, mais elle n’a pas pu entrer en contact avec son fils.

Au cours de son interrogatoire, Kameel a été soumis à la torture et à des passages à tabac afin d’obtenir des aveux. Il a été battu sur tout le corps, en se concentrant sur ses parties génitales, et a été forcé de rester debout pendant de longues périodes. Kameel n’a pas partagé de détails sur la torture par téléphone et n’en a généralement parlé que lors des visites de sa mère, de peur qu’il ne subisse davantage de torture s’il s’exprimait. Son avocat n’a pas été autorisé à assister aux interrogatoires car il n’a toujours pas obtenu de procuration, malgré la nomination signée par Kameel.

Le 3 janvier 2020, Kameel a été emmené au CID, où il a finalement pu appeler sa mère pour lui dire qu’il serait présenté ce jour-là au parquet. Au CID, Kameel a signé des déclarations préparées sans lire leur contenu. Au PPO, Kameel n’a subi aucun interrogatoire et a de nouveau été contraint de signer des dossiers préétablis sans lire leur contenu.

Kameel a donc été placé en détention provisoire. Il a pu appeler sa mère deux jours après son transfert. Pendant l’appel, il lui a dit qu’il allait être transféré au nouveau centre de détention Dry Dock.

Entre le 22 octobre 2019 et le 25 mars 2020, Kameel a été condamné dans plusieurs affaires, et il a encore d’autres affaires en instance devant les tribunaux. Les charges dont il est reconnu coupable comprennent le rassemblement illégal, la possession de bouteilles incendiaires, les émeutes, les incendies volontaires, l’adhésion à un groupe terroriste et le transfert d’argent destiné à financer des activités terroristes. Dans le dernier cas, il a été condamné pour des personnes impliquées qui ont été détenues en 2017 bien que les crimes auraient été commis en 2018. Les peines de prison de Kameel ont atteint un total cumulé de 26 ans mais, à la suite des appels, ont été réduites à 20 ans et 10 mois.

Kameel a peur des institutions officielles du gouvernement en raison de leur manque de justice ou d’équité et a également peur d’être soumis à une autre enquête où il serait torturé. Lors d’une visite, il a déclaré à sa mère que les prisonniers craignent d’être punis, qu’ils sont battus en l’absence de caméras de surveillance et que leurs cheveux sont rasés complètement. Sa mère n’est actuellement pas en mesure de lui rendre visite en raison de la pandémie de COVID-19.

La disparition forcée de Kameel et les tortures et mauvais traitements qu’il a subis ne sont pas seulement des violations du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de la Convention contre la torture (CAT), mais aussi de la Convention relative aux droits de l’enfant (CRC), compte tenu du fait que Kameel est encore mineur. En outre, le fait que Kameel n’a pas été présenté rapidement devant un juge, s’est vu refuser l’accès à son avocat lors de son interrogatoire et de son procès et a été contraint de signer des papiers sans en connaître le contenu, les autorités bahreïnis ont violé ses droits à une procédure régulière et son droit à un procès équitable, ce qui constitue une violation des articles 9 et 14 du PIDCP.

Americans for Democracy & Human Rights in Bahrain (ADHRB) appelle le gouvernement du Bahreïn à libérer Kameel. Si des accusations peuvent être portées contre lui, ADHRB demande qu’un nouveau procès soit conduit conformément aux normes internationales de procès équitable. En outre, ADHRB exhorte le gouvernement du Bahreïn à enquêter sur les allégations de torture de Kameel, en vue de tenir les auteurs responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *