Naji Ali Fateel
Arrêté au Bahreïn

Le défenseur des droits humains Naji Ali Fateel est un éminent militant des droits humains, blogueur, organisateur de manifestations et co-fondateur de la Bahrain Youth Society for Human Rights (BYSHR). Fateel a été arrêté à plusieurs reprises pour sa participation à des rassemblements pacifiques et à des manifestations. En 2013, Fateel a été arbitrairement arrêté à son domicile, et plus tard, il a été torturé et a subi des mauvais traitements, y compris des chocs électriques, des menaces, des coups et des privations de nourriture et de sommeil. Fateel a été condamné à l’issue d’un procès inéquitable et est toujours détenu à la prison de Jau avec de graves blessures qu’il a subies suite à sa torture.

Le 2 mai 2013, le domicile de Naji dans le village de Bani Jamra a été perquisitionné sans mandat par 12 policiers en uniforme civil et des membres du Commandement des forces de sécurité spéciales (SSFC). Les policiers masqués ont intimidé les membres de la famille de Naji et confisqué ses affaires, y compris son ordinateur portable et son téléphone portable. Les policiers ont également saisi certains documents personnels, en plus du portable de sa fille et de l’appareil photo de sa femme. Après cela, les policiers ont battu Naji devant sa famille, l’ont menotté et l’ont forcé à monter dans un bus blindé. Dans le bus, il a été placé par terre et des policiers l’ont frappé à la tête.

Alors qu’ils se rendaient à la Direction des enquêtes criminelles (CID), un officier a tendu un téléphone à Naji et il a été menacé. Malgré ces menaces, Naji est resté silencieux. Les policiers et le personnel de la SSFC n’ont fourni aucun mandat au moment de l’arrestation de Naji. Naji pense qu’il a été arrêté en raison de son activisme en faveur des droits humains, qui était particulièrement répandu pendant la crise politique de 2011 à Bahreïn, lorsqu’il a reçu de multiples menaces de mort. Depuis la crise, Naji est prit pour cible et surveillé par la police. Il semblerait que Naji ait été arrêté pour sa participation à la 22e session du Conseil des droits de l’homme en mars 2013 qui s’est déroulée du 25 février au 22 mars 2013.

À son arrivée à la Direction des enquêtes criminelles (CID), Naji a été placé en isolement cellulaire pendant trois jours. Naji n’a été autorisé à entrer en contact avec sa famille que le 4 mai 2013. Naji a été accusé et inculpé; pour avoir participé à une réunion illégale dans le but de perturber la sécurité publique en utilisant la violence; pour la création du groupe «Coalition du 14 février» dans le but de réformer la Constitution; et pour avoir participé aux émeutes de la prison de Jau le 10 mars 2015.

Après trois procès entre mai 2013 et janvier 2016, Naji a été condamné à 25 ans et 6 mois de prison au total pour les charges retenues contre lui. Tous les jugements rendus contre Naji ont été confirmés; sauf dans le troisième cas, où la peine a ensuite été réduite à 10 ans. Le 9 mai 2013, Naji a été arrêté par le ministère public (PPO), soupçonné d’avoir violé l’article 6 de la loi antiterroriste du Bahreïn de 2006. Bien qu’il ait demandé au procureur général un avocat, Naji n’a pas été autorisé à contacter son avocat.

Naji a ensuite été transféré au CID pour interrogatoire, où il a été soumis à la torture et a subi des mauvais traitements, notamment de graves coups sur tout le corps, des décharges électriques aux parties génitales, des simulations de noyade, des insultes verbales, des menaces de publier des photos privées de sa femme et placé en isolement cellulaire pendant trois jours. Naji a été torturée à plusieurs reprises pendant les interrogatoires et a reçu des menaces de viol. Il a également été menacé d’arrestation de sa famille s’il ne se conformait pas aux enquêteurs. Naji raconte comment il s’est évanoui deux fois alors qu’il était pendu au plafond, et a ensuite été transféré à l’hôpital. Naji a également expliqué en détail comment il avait été privé de sommeil et forcé de rester debout pendant de longues périodes. En plus de cela, Naji s’est vu refuser son droit à la prière. Il est rapporté que Naji a été menotté et les yeux bandés tout au long des enquêtes. Après sa torture, Naji a été contraint de signer des aveux sans connaître le contenu du document.

Quatre jours après son arrestation, Naji a été présenté au parquet. Le procureur général a refusé à Naji son droit légal à un avocat lors de son interrogatoire. Naji a été transféré à destination et en provenance du parquet et du CID, en raison de sa réticence à coopérer avec les enquêteurs. Au CID, Naji a été torturé jusqu’à ce qu’il perde connaissance et a dû être transféré à l’hôpital. À son réveil, Naji a été renvoyé au PPO et contraint de signer des aveux. Par la suite, il a été transféré au CID. Tout au long de cette épreuve, Naji a été privé de nourriture. Toutes ces procédures ont eu lieu dans la même nuit. Dans la semaine qui a suivi son arrestation, Naji a été transféré au bloc 5 du centre de détention de Dry Dock.

Deux à trois mois après l’arrestation de Naji, le procureur général de la prison de Jau lui a rendu visite, il souhaitait l’interroger sur son rôle présumé dans les émeutes de la prison de Jau. Une fois de plus, Naji a exigé qu’un avocat soit présent lors de l’entretien. En réponse à sa demande, le procureur général a déclaré qu’il reporterait l’enquête après avoir contacté l’avocat de Naji. Selon Naji, rien de cela n’est jamais arrivé.

La famille de Naji n’a été autorisée à lui rendre visite que le 29 septembre 2013, après que le deuxième jugement eût été prononcé contre lui. Naji s’est toujours vu refuser le droit de voir sa famille. En juillet 2013, Naji a été transféré à la prison centrale de Jau. Selon le Gulf Center for Human Rights, Naji était l’un des nombreux prisonniers qui ont été torturés physiquement et psychologiquement par les autorités bahreïnis à la suite des émeutes de la prison de Jau en 2015.

Naji a subi plusieurs blessures, y compris des blessures au dos, à la suite de sa torture. Il souffre d’une perte d’audition dans l’oreille gauche et s’appuie sur une aide auditive dans l’autre. Naji a également souffert d’une fracture de la jambe et du nez, parmi de nombreuses autres blessures. Naji a demandé à être examiné par un médecin pour une blessure qu’il a subie à la jambe gauche lors d’une manifestation. La chirurgie pour rectifier cette blessure était initialement prévue en 2018, mais a ensuite été annulée. Naji a également mentionné que la nourriture de la prison ne convient pas à son état de santé et lui cause des douleurs à l’estomac, car il souffre d’un taux de cholestérol élevé.

Les aveux contraints de Naji ont été utilisés comme preuves contre lui au cours du premier et du deuxième procès. En 2013, Naji a assisté à une audience du tribunal et a pu montrer au juge ses blessures au dos qui ont été subies suite à la torture. Le juge a transféré Naji à l’Unité spéciale d’enquête (UES) le même jour. Le procureur général a vu les blessures sur son dos et l’a rassuré en disant que des mesures seraient prises. Naji a été informé qu’il serait examiné par un médecin et a ensuite été transféré à la détention Dry Dock. Cet examen n’a pas eu lieu.

À la suite des émeutes de la prison de Jau, Naji a déposé plusieurs plaintes auprès de l’Unité spéciale d’enquête, du parquet, de l’Institut national des droits de l’homme, du juge d’application des peines et du procureur général. Ces plaintes n’ont pas été suivies d’effet. En outre, Naji et son épouse ont déposé une plainte auprès du Médiateur en 2014. Ces plaintes doivent encore faire l’objet d’une enquête. En 2013, le président de la Law Society a envoyé une lettre au roi Hamad exprimant sa profonde préoccupation face à l’arrestation et à la détention arbitraires de Naji. Aucune enquête n’a été menée sur la première lettre, ni sur une lettre ultérieure envoyée en 2015, relayant les événements d’une audience du 18 novembre 2013, lorsque le juge aurait empêché la défense d’interroger les témoins à charge, un policier a fait taire un avocat, et un autre avocat a été expulsé du tribunal. Naji continue d’être soumis à la torture physique et psychologique en raison de son activisme continu au sein de la prison de Jau; il a été placé en isolement pendant 6 mois et a été privé de ses libertés religieuses.

En 2014, Naji a entamé une grève de la faim pour la liberté. Le traitement de Naji aux mains des autorités bahreïnis prouve que le Bahreïn a violé ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme, y compris, mais sans s’y limiter, les articles 5, 7, 9, 10, 14, 17 et 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ( PIDCP) et la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (CAT).

Americans for Democracy & Human Rights demande au gouvernement du Bahreïn la libération immédiate de Naji Fateel et une enquête sur son cas, sans plus tarder, afin de tenir tous les auteurs de ses mauvais traitements responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *